Les standards

Le Standard de la race Dogue du Tibet

Standard FCI N° 230 / 12. 05. 2004 / F

TRADUCTION :

R.Triquet.

ORIGINE

Tibet.

PATRONAGE

F.C.I.

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR

24.03.2004

UTILISATION

Chien de garde, de protection et de compagnie.

CLASSIFICATION F.C.I.

Groupe 2

Chiens de type Pinscher et Schnauzer - Molossoïdes - Chiens de Montagne et de bouvier suisses et autres races.

Section 2.2

Molossoïdes, type montagne. Sans épreuve de travail.

ASPECT GENERAL

Puissant, lourd, bien construit, doué d’une bonne ossature. Impressionnant ; d’aspect grave et sérieux, il allie la force majestueuse avec la robustesse et la résistance. Apte au travail dans toutes les conditions climatiques. Chien qui se fait lentement, n’atteignant le meilleur de sa forme qu’à l’âge de 2 à 3 ans chez la femelle et au moins 4 ans chez le mâle.

Le Dogue du Tibet (Do-Khyi) est un chien de travail ancestral des bergers nomades de l’Himalaya et un chien de garde traditionnel des monastères tibétains. Il baigne dans la légende depuis sa découverte dans l’antiquité. De la mention qu’en fit Aristote (384-322 av.J.C.) jusqu’aux célèbres récits de Marco-Polo qui alla en Asie en 1271, tous les documents historiques font l’éloge de la force et de l’impression produite par le Dogue du Tibet, à la fois physiquement et mentalement. Même son aboiement a été décrit comme un caractère racial unique et hautement prisé. D’éminents cynologues européens du passé comme Martin et Youatt, Mégnin, Beckmann, Siber, de même que Strebel et de Bylandt ont traité du Dogue du Tibet de manière intensive, fascinés qu’ils étaient par ses origines et par son rôle dans la culture tibétaine. Certains ont même considéré qu’il était à l’origine de tous les grands chiens de montagne et de tous les dogues.
Un des premiers Dogues du Tibet à atteindre les rivages de l’Occident fut un mâle envoyé à la Reine Victoria en 1847 par Lord Hardinge (alors vice-roi des Indes). Plus tard, dans les années 1880, Edouard VII (alors Prince de Galles) ramena deux chiens en Angleterre. Une des premières portées enregistrées naquit en 1878 au zoo de Berlin.

PROPORTIONS IMPORTANTES

La longueur du crâne, de l’occiput au stop, est égale à celle du museau, du stop à l’extrémité de la truffe mais le museau peut être un peu plus court.
La longueur du corps est légèrement supérieure à la hauteur au garrot.

COMPORTEMENT / CARACTERE

Indépendant. Protecteur. Commande le respect. Très fidèle à sa famille et à son territoire.

TETE

Large, lourde et forte. A l’âge adulte une ride peut s’étendre de la région sus-orbitaire à la commissure des lèvres.

REGION CRANIENNE

Crâne

Fort, très légèrement arrondi ; protubérance occipitale fortement développée.

Stop

Bien marqué

REGION FACIALE

Truffe

Large, aussi foncée que possible en accord avec la couleur de la robe ; narines bien ouvertes.

Museau

De bonne largeur, bien rempli et épais. Bout de museau carré.

Lèvres

Bien développées et couvrant la mâchoire inférieure.

Mâchoires/dents

Les mâchoires sont fortes et présentent un articulé en ciseaux parfait, régulier et complet, c’est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées d’équerre par rapport aux mâchoires. L’articulé en pince est acceptable. Les dents s’adaptent exactement.

Yeux

De dimension moyenne ; de couleur marron dans toutes ses nuances selon la couleur de la robe, le plus foncé étant le mieux. Bien écartés et légèrement obliques, de forme ovale. Les paupières épousent bien le globe oculaire. De la dignité dans l’expression.

Oreilles

De taille moyenne, de forme triangulaire, tombantes, attachées entre le niveau du crâne et celui de l’œil. Elles tombent vers l’avant et pendent contre la tête. Elles sont portées vers l’avant quand le chien est attentif. Le pavillon est couvert d’un poil court et doux.

COU

Fort, bien musclé, galbé. Il ne faut pas trop de fanon. Le cou est couvert d’une épaisse crinière dont le poil se redresse. Cette crinière n’est pas aussi prononcée chez la femelle.

CORPS

Fort.

Dos

Droit, musclé.

Poitrine

Assez haute, de largeur modérée ; les côtes sont bien cintrées, pour donner la cage thoracique en forme de cœur. La région sternale descend sous les coudes.

Croupe

Large et plutôt plate.

QUEUE

De longueur moyenne. Attachée haut, dans le prolongement de la ligne du dos ; portée haut, elle s’enroule sur le dos sans former de boucle serrée quand le chien est attentif ou en action. Elle est garnie de poils abondants.

MEMBRES ANTERIEURS

D’aplomb, bien angulés, bien couverts de toute part d’un poil fourni

Assez grands, forts, ronds et compacts, bien garnis de poils entre les doigts bien cambrés.

Epaules

Bien inclinées, musclées.

Coudes

Ni en dedans, ni en dehors

Avant-bras

Droits. Forte ossature.

Métacarpe

Forts, légèrement inclinés.

MEMBRES POSTERIEURS

Puissants, musclés, bien angulés. Vus de derrière : les postérieurs sont parallèles.

Cuisse

Assez longues, fortes, aux muscles bien durs mais non saillants.

Jarrets

Forts bien descendus. Présence d’ergots facultative.

Grasset

Bien angulés.

ALLURE

Mouvement puissant mais toujours léger et élastique avec une bonne poussée des postérieurs et une bonne extension des antérieurs. Quand la vitesse augmente, les membres ont tendance à converger vers un plan médian (piste unique). Le pas semble mesuré. Le Dogue du Tibet est capable d’être fonctionnel sur un terrain varié, en faisant preuve de résistance et de souplesse.

ROBE

POIL

La qualité du poil importe plus que la quantité. Le poil est dur, épais ; le poil de couverture n’est pas trop long. A la saison froide, présence d’un sous-poil dense et assez laineux qui devient plutôt clairsemé dans les mois plus chauds. Le poil chez le mâle est sensiblement plus fourni que chez la femelle. Le poil est fin mais dur, droit et ouvert. Il n’est jamais soyeux, bouclé ni ondulé. Le cou et les épaules présentent un poil abondant qui a l’aspect d’une crinière. La queue est touffue, et bien fournie. Les postérieurs sont bien frangés à l’arrière des cuisses.

COULEUR

D’un noir intense, marqué de fauve (« feu ») ou non ; bleu, marqué de fauve (« feu ») ou non ; doré, d’un fauve intense au rouge soutenu. Toutes les couleurs doivent être aussi pures que possible. Les marques fauves (« feu ») vont d’un châtain vif à une couleur plus claire. On admet une étoile blanche sur le poitrail Des taches blanches minimales sur les pieds sont acceptables. Les marques fauves (« feu ») apparaissent au-dessus des yeux, à la partie inférieure des membres et à la face inférieure de la queue. Marques fauves sur le museau. Les marques en forme de lunettes autour des yeux sont tolérées.

TAILLE ET POIDS

Hauteur au garrot

pour les mâles

66 cm (26 pouces) minimum.

pour les femelles

61 cm (24 pouces) minimum.

DEFAUTS

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
DEFAUTS GRAVES :
Manque de condition physique, chien pas en état.
Tête légère. Tête fortement ridée.
Babines pendantes.
Fanon prononcé.
Grandes oreilles et/ou oreilles attachées bas.
Yeux clairs ou hagards.
Pigmentation insuffisante, en particulier de la truffe.
Côtes en tonneau.
Queue formant une boucle serrée sur la hanche.
Postérieurs surangulés ; postérieurs droits.
Allure lourde et contrainte.
Taille inférieure au minimum, avec tolérance de 2 cm.

DEFAUTS ELIMINATOIRES

Chien agressif ou peureux.
Prognathisme supérieur ou inférieur.
Toute autre couleur que celles mentionnées dans le standard, par exemple blanc, crème, gris, marron (foie), lilas, zibeline, bringé, robes de plusieurs couleurs.

N.B.

Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.
Ce standard entrera en vigueur à partir de septembre 2004.